Des jeux d’écoute pour progresser dans la compréhension à l’audition

Une ressource très intéressante en ligne: il s’agit d’une série de jeux d’écoute à réaliser avec les élèves (Kim sonore – Pareil, pas pareil – Intrus – Polissons – Associations – Musiques mélangées), hébergés sur le site français “Ecoute!”.

Chaque jeu est accompagné d’une fiche pédagogique (encore en construction pour toutes celles que j’ai consultées).

Un exemple: les élèves doivent associer un tableau avec l’un des 3 extraits musicaux proposés, et puis trouver un mot qui caractérise à la fois l’extrait sonore et le tableau. Il s’agit d’un exercice qui va faire appel à l’attention (porte d’entrée des autres gestes), la réflexion au service de la compréhension (pour donner du sens au tableau, aux musiques et pour les comparer afin de les associer), l’imagination (pour trouver le mot qui caractérise les deux objets de perception). Il n’y a pas de bonne réponse, ce qui est recherché, c’est que l’élève soit capable de mettre des mots sur ce qu’il entend (description) et sur la manière dont il écoute (démarche); on peut prolonger l’échange en le questionnant sur comment tout ça est présent dans sa tête.

La page d’accueil présente ces jeux de la façon suivante:

Ces jeux permettent de travailler ces compétences :
- développer le lexique du sonore
- expérimenter la concentration
- développer la mémoire
- être capable d’attention
- augmenter la discrimination auditive
- aider à la structuration du temps
- favoriser les interactions entre élèves
- expliciter sa pensée et sa démarche

Une émission radio sur la gestion mentale (RCF)

Sur le blog de Guy Sonnois (Accompagner le travail des élèves avec Pégase), il y a un article récent dans lequel l’auteur nous invite à écouter une émission radio qui propose un “Grand angle” sur la gestion mentale. C’est RCF qui l’a réalisée et c’est vraiment intéressant, notamment quand Joëlle Murgia, la formatrice interviewée, évoque Antoine de La Garanderie ou quand des élèves et leur enseignante témoignent de ce que leur apporte la gestion mentale. Cela se passe dans le lycée professionnel Jacques Dolle, à Antibes, dans le sud de la France.

“Pour étayer cette idée, je mets en ligne aujourd’hui  (et avec la permission de la formatrice) une émission de RCF Côte d’Azur dans laquelle sont détaillées très précisément toutes les facettes d’une formation en Gestion Mentale donnée par Joëlle Murgia en 2017 dans un Lycée professionnel public de la région. Pour la commodité de l’écoute, j’ai découpé l’émission en plusieurs passages, selon les thèmes abordés et en excluant musiques et autres intermèdes. On peut les choisir en fonction de son intérêt premier, mais l’ensemble est à écouter car chaque morceau complète les précédents.” (Guy Sonnois, sur son blog, dans l’article 136 publié le 24 décembre 2018, “Tout savoir sur une formation en gestion mentale en Lycée)

Si cela vous tente d’en écouter quelques extraits, préférez plutôt l’accès via le blog de Guy Sonnois que via le site de RCF (il faut s’inscrire pour avoir accès gratuitement à l’émission et le service d’inscription n’est pas forcément disponible).

Encyclopédie collaborative – banque de stratégies

Wiki-TEDia est un site consacré à l’approche cognitive de l’enseignement et de l’apprentissage avec, entre autres, une banque de stratégies dont le principe est celui de l’encyclopédie collaborative (wiki).

Si vous vous posez des questions sur les communautés d’apprentissage (CAP), sur la classe inversée, sur l’évaluation formative, sur la motivation, etc., vous trouverez des réponses sur ce site dont les contenus sont très documentés (bibliographies, webographies, exemples concrets, …).

La gestion mentale y aurait sa place, l’avis aux contributeurs potentiels est lancé!

Voilà une ressource intéressante à explorer pendant vos vacances :-)

 

 

La coopération en classe pour mieux apprendre

Quand nous demandons à nos élèves de découvrir quelque chose de nouveau, nous savons que leur compréhension va s’accrocher à du déjà là dans leur tête et notamment leurs représentations, parfois erronées. Un exemple? Si vous explorez le concept de mémorisation avec des apprenants, certains vous diront que pour retenir, ils faut lire plusieurs fois, d’autres, qu’il faut recopier plusieurs fois, … Comment faire évoluer ces représentations? Le travail coopératif est une piste: en effet, l’échange entre pairs sur une situation problème (“Mémoriser, c’est quoi? Comment faire?”) permettra la mise à l’épreuve de ce dont ils sont convaincus et peut déboucher sur un questionnement qui les met en disposition mentale active pour la suite du cours.

Ce type de dispositif d’apprentissage permet la transmission de valeurs importantes en gestion mentale:

  • l’éducabilité puisque chaque élève s’y exprime et est considéré comme capable de réussir,
  • l’entraide car il est bien question ici d’une réussite collective, basée sur les progrès de chacun,
  • la reconnaissance que l’hétérogénéité est une force, bénéfique pour les élèves plus faibles: “Les pédagogies coopératives portent en elles l’idée que la diversité des profils permet d’enrichir le groupe, d’apprendre et de progresser ensemble.” (“Osez les pédagogies coopératives au collège et au lycée”, Caron G., Fillion L., Scy C., Vasseur Y., Cahiers pédagogiques, 2018, p.39)

Il existe beaucoup de ressources pertinentes pour mettre en place la coopération en classe. Je vous recommande le livre précité “Osez les pédagogies coopératives au collège et au lycée”, il fait notamment le point sur les enjeux de ce type de pédagogie (résumé à lire en quatrième de couverture):

“Mobiliser les élèves sur les savoirs, leur permettre de se constituer en véritable “collectif apprenant”, accompagner chacun d’eux de manière personnalisée tout en multipliant les interactions, découvrir que l’on apprend mieux avec les autres et que c’est seulement grâce à eux que l’on peut se dépasser soi-même, faire ainsi l’expérience, au quotidien, d’une solidarité exigeante et féconde…”

Les auteurs, tous enseignants chevronnés ayant pratiqué les pédagogies coopératives dans leurs classes, proposent des outils concrets donc certains sont téléchargeables ici.

Ci-dessous, deux exemples d’outils:

  1. une fiche sur le travail de groupe partagée par Sylvain Connac (@ConnacSylvain sur Twitter), pédagogue, chercheur et enseignant français qui a également réalisé des ressources et outils pour la pédagogie coopérative en classe (il a inséré une bibliographie en page 2 du document).
  2. une fiche qui présente les droits et devoirs des élèves tuteurs (qui proposent leur aide) et des élèves tutorés (qui sont aidés) (provient de la boîte à outils liée à l’ouvrage “Osez les pédagogies coopératives”).

A la veille de l’entrée en vigueur des comités de pilotage, voilà une piste intéressante à explorer.

 

 

Un schéma intéressant sur le sens des études et de la vie

Hélène Weber est l’auteure du blog “Donner du sens à vos études” et y partage beaucoup d’idées et de ressources en lien avec l’apprentissage. Elle a récemment imaginé le schéma ci-dessous (téléchargeable en ligne ici) qui fait le tour des “compétences transversales qui permettent de se projeter dans des apprentissages et une vie qui ont du sens.”

Cette thématique de mise en projet et de projets de sens est au cœur de la gestion mentale et bien sûr, au cœur des préoccupations des enseignants qui se questionnent sur les mécanismes de motivation chez leurs apprenants.

Ce schéma montre la complexité et la variété des compétences à atteindre pour “donner du sens” et attire notre attention sur l’enjeu de l’interdisciplinarité. En effet, nous pouvons nous concerter pour réfléchir ensemble à la manière de faire vivre ce sens à nos élèves au travers de l’ensemble de leurs cours. Et la gestion mentale est certainement une approche pédagogique et philosophique tout à fait pertinente pour guider une partie de cette réflexion commune.

Le cerveau sous la loupe

A découvrir ici: une présentation interactive sur le cerveau, réalisée par Virginie Cailleux, neuropsychologue canadienne. Sont abordés: La mécanique du cerveau (De quoi est-il composé? Comment fonctionne-t-il?) – Quels sont ses amis et ses ennemis? (De quoi a-t-il besoin? Que faut-il éviter?) – Qui dit cerveau, dit intelligence. Mais c’est quoi, l’intelligence, au fait?

C’est instructif et accessible aux enfants, avec en finale pour les 12 ans et plus la possibilité de prolonger ses découvertes en regardant un webinaire avec Steve Masson, également canadien et chercheur sur le cerveau: “Comment étudier, les perspectives des neurosciences.”

 

Verbes irréguliers en anglais: outil pour réviser en autonomie

Varier les perceptions et réactiver les connaissances sont deux leviers du geste de mémorisation.

En effet, si je perçois la même information sous des formes différentes (entendre le verbe, le voir écrit, voir une représentation symbolique de son sens), cela me permet de pouvoir la retrouver via des chemins différents.

Et pour qu’elle s’inscrive dans ma mémoire à long terme, il est indispensable de la réactiver plusieurs fois sans quoi elle sera purement et simplement… oubliée.

CARDUne professeure d’anglais, Laurence Bernard, a imaginé et conçu 99 cartes augmentées des verbes irréguliers en  anglais à l’aide de l’application Mirage Make disponible sur le site http://ticedu.fr. C’est une application pour téléphones ou tablettes Android et IOS (également compatible Windows) qui permet aux élèves de scanner les flashcodes de chaque carte et d’accéder à une version écrite et audio des trois  formes du verbe (base verbale, prétérit, participe passé) ainsi qu’a la traduction en français.

Laurence Bernard partage généreusement cette ressource en ligne (via la plateforme “Académie Martinique”), nous l’en remercions! Vous pouvez les télécharger ici.

Voici un extrait de la présentation de cet outil:

Ces 99 fiches sont organisées par couleurs, selon que les formes du verbe sont identiques ou différentes. Les cartes augmentés s’appuient sur la liste des verbes irréguliers proposés dans le manuel “New Missions” 2de, Bordas, 2014 (p. 214-215).  La référence servira de base pour l’apprentissage ou les révisions pour les classes qui utilisent le manuel.

Comme dans le manuel, les verbes sont organisés selon les trois formes: “base verbale” , “prétérit”, “participe passé”

Un code couleur permet ainsi de distinguer:

  • en gris, les verbes irréguliers dont les 3 formes à l’écrit  sont identiques (base verbale, prétérit, participe passé)
  • en violet, les verbes irréguliers pour le prétérit et le participe passé sont identiques
  • en vert, les verbes irréguliers dont la base verbale et le participe passé sont identiques
  • en bleu, les verbes ont la base verbale et le prétérit sont identique
  • en rouge, les verbes irréguliers dont les 3 formes sont différentes

Les 99 cartes sont regroupées en 13 planches, à imprimer, découper, plastifier.

Elles peuvent être utilisées en classe ou en dehors de la classe pour réviser les verbes irréguliers en autonomie ou  interaction (un élève donne les réponses, un autre élève vérifie en scannant le flashcode).

La rétroaction: un outil efficace pour favoriser la réussite des élèves

La rétroaction (ou “feedback”) a plusieurs facettes

Elle peut se faire de l’enseignant vers l’élève (commentaires sur une évaluation, par exemple), pendant la réalisation d’une tâche ou après. Elle permet alors de mettre en évidence les réussites de l’apprenant, de lui donner des pistes de leviers pour corriger ses erreurs, …

Elle peut également avoir lieu dans l’autre sens (de l’élève vers l’enseignant) quand ce dernier s’informe sur le degré de compréhension de sa classe en utilisant des outils divers et variés (ardoise individuelle, Quiz (Plickers, Kahoot,…), TBI, …).

L’évaluation entre pairs, l’autoévaluation, le portfolio sont autant d’autres options pour permettre à chacun de bénéficier d’un feedback sur le travail effectué.

Cette rétroaction doit être réfléchie pour qu’elle ait un impact réel sur les apprentissages des élèves

Il ne suffit en effet pas que les enseignants renvoient à leurs élèves des rétroactions de qualité, il faut ensuite que ces derniers s’en emparent et les utilisent.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire le dossier réalisé par Laurie Pageau ou celui publié par Lucie Barriault, disponibles tous les deux sur la plateforme RIRE (Réseau d’Information pour la Réussite Educative). Vous pouvez encore consulter l’infographie mise en ligne par Annie Côté.

 

Plickers, une application intéressante à utiliser en classe

Plickers est une application gratuite qui vous permet de proposer à vos élèves des quiz auxquels ils répondent individuellement et pour lesquels ils reçoivent un feedback immédiat sur leur maîtrise ou non du sujet questionné. En effet, les réponses sont traitées en direct car l’enseignant scanne avec son smartphone les étiquettes brandies par les élèves avec leur choix de réponse. Les résultats peuvent s’afficher ensuite via un projecteur relié au PC du prof ou via un TBI, de façon anonyme ou pas. Vous aurez compris que le Wifi est indispensable pour l’utiliser. Les élèves savent donc tout de suite si leur réponse est correcte ou pas, l’enseignant a une vue globale et détaillée de qui a répondu quoi, ce qui rend possible la remédiation immédiate.

Exemple d’étiquette:

ba794b01.standardsetsheet

 

 

Seul l’élève sait ce qu’il répond car la lettre qu’il choisit de mettre en évidence est imprimée en tout petit sous le QR code. Cela permet d’éviter le biais d’influence de la réponse du copain si on ne sait pas.

Ces étiquettes sont disponibles en plusieurs formats sur le site d’accueil de l’application.

 

 

Ci-dessous, un exemple en vidéo d’un enseignant français en histoire-géo, Olivier Quinet (actif sur Twitter et blogueur). Il propose un quiz en début de cours pour interroger les élèves sur une capsule vidéo qu’ils ont du regarder à la maison (principe de la classe inversée).

Disponible sur Android ou Apple.

Tutoriel vidéo pour utiliser l’application ici.

 

 

 

Variété des perceptions: cours d’histoire ou de langues anciennes

Manon Bril est doctorante en histoire et elle a sa chaîne Youtube (“C’est une autre histoire”) sur laquelle elle diffuse, entre autres, des capsules vidéo qui présentent un contenu lié à l’histoire de façon vulgarisée.

Ce qui l’a lancée ou inspirée, d’après La Libre (lire l’article ici), c’est “Ma thèse en 180 secondes” (un autre exemple dans un article précédent), une l’épreuve de vulgarisation intellectuelle: en effet, les participants ont trois minutes pour présenter leur thèse de manière claire et concise. C’était en 2015 et Manon Bril a décroché le prix du public pour sa performance. Voici cette présentation.

Et pour vous donner une idée de ses productions, vous pouvez visionner ci-dessous “Il y avait quoi il a 100 000 ans?”.

C’est un exemple intéressant à deux titres:

  • d’abord, cela permet à l’enseignant de varier les perceptions qu’il propose aux élèves sur un thème historique (mythologie grecque – différence entre préhistoire ou histoire – égyptologie – etc.)
  • ensuite, si l’enseignant ne trouve pas son bonheur dans les vidéos proposées, cela peut lui donner des idées: soit réaliser lui-même une capsule, soit en faire réaliser une par les élèves, en solo,en groupe, afin de montrer sa compréhension d’un sujet, ou de donner envie à d’autres de le découvrir, etc.

Qu’en pensez-vous?

 

 

1 2 3 6