Nuage de mots pour qualifier le suivi sur le terrain

Si vous consultez ce blog depuis quelques temps, vous savez que ce qui fait l’originalité du projet “Gestion mentale” dans le grand Charleroi, ce sont les suivis post-formation des enseignants sur le terrain. Il s’agit de les accompagner dans le transfert de ce qu’ils apprennent en formation vers leurs classes et leurs élèves.

La métaphore est un bel outil pour récolter la manière dont les professeurs voient le suivi, encore inédit dans les formations continuées qui leur sont proposées chaque année. Voici donc ci-dessous un nuage de mots qui complètent la phrase: “Pour moi, ce suivi, c’est …”.

Cela va du classique “piqûre de rappel” au plus inattendu “jeu de scrabble” avec des mots qu’on articule les uns aux autres et qui complètent le plateau de façon progressive, en passant par le rafraîchissant “coktail” qui rassemble et pendant lequel on partage. A vous de découvrir la richesse des images données par les enseignants à l’occasion de leur tout premier suivi.

nuage mots métaphores suivi1 nov18

Corriger une évaluation, c’est formateur si l’élève est actif

C’est une évidence, et pourtant, combien d’élèves sont totalement inattentifs pendant la correction car ils viennent de recevoir leurs résultats qui sont mauvais? Ou combien d’apprenants ne saisissent pas le sens de l’exercice, porteur de progrès?

Voici quelques exemples d’organisation que certains d’entre vous ont partagé pendant les rencontres de suivi. Ils illustrent ce temps pédagogique important dans l’apprentissage et peuvent donner des idées.

Corrections entre pairs

Plutôt que de faire écrire leur nom sur les copies, donner des numéros aux élèves. Après un contrôle, redistribuer immédiatement les interros avec le projet que chaque élève corrige une copie d’un camarade dont il ignore le nom puisque c’est juste un numéro sur la feuille. Cela permet de faire une correction immédiate et de motiver les apprenants à faire le point sur leurs réponses et à être attentif pour corriger correctement le contrôle qui leur a été confié.

Correction plus active

Pour rendre plus efficace la correction de l’examen (dont les résultats sont mauvais), en mettant en place une autre façon de procéder, plus active pour les élèves :

Idée générale : les élèves prennent leurs cours et manuel, leur feuille d’objectifs. Ils vont devoir chercher les réponses aux questions d’examens dans leurs documents (et ainsi vérifier que c’est en lien avec les objectifs et le cours), ensuite comparer avec leurs réponses d’examen et tenter d’identifier ce qui était performant dans leurs stratégies, ou ce qui ne l’était pas.

Par étapes :

  • L’enseignant explique la démarche aux élèves qui peuvent se mettre en projet ;
  • Chacun prend ses documents de cours ;
  • L’enseignant écrit les questions au tableau, une par une ; si une question est associée à un texte, l’enseignant le lit en ménageant des pauses évocatives ;
  • Les élèves répondent aux questions en s’aidant de leurs documents ;
  • Ils sont invités à réfléchir sur ce qui a bien fonctionné et ce qui n’a pas marché dans leur façon d’étudier et de préparer l’examen ;
  • Ils reçoivent leur examen et peuvent compléter leur analyse de stratégie.

Correction immédiate

Poser une question aux élèves pour vérifier leur attention, leur mémorisation, leur compréhension, … et leur demander de noter leur réponse de manière lisible sur une ardoise de type Velleda. Une fois que tous ont répondu, ils montrent leur réponse à l’enseignant, qui de façon très rapide peut vérifier et donner un feedback immédiat en fonction de ce qu’il observe comme difficultés, comme manquements, ou comme efficacité.

Distribution d’un recueil avec vos pistes pratiques

Ce 7 novembre après-midi, nous vous avons accueillis au Collège Saint-Michel de Gosselies pour vous distribuer un recueil de pistes pratiques récoltées pendant les suivis depuis le début du projet, c’est-à-dire depuis septembre 2014. La version papier de ce recueil, en couleurs, vous est offerte par vos directions.

C’est l’occasion de formuler plusieurs MERCI!

colorful-1197307_1280Merci à François Saucin (animateur régional Rond-Point désormais à la retraite) qui a initié ce projet et l’a coordonné pendant 4 ans;

Merci à Hélène Delvaux qui co-anime les formations en gestion mentale;

Merci aux directions des 20 écoles engagées dans le projet pour leur confiance, leur intérêt et leurs retours positifs, et merci particulièrement à Eric Van den Bossche (Collège du Sacré-Coeur à Charleroi) qui s’est occupé de l’impression des recueils ainsi qu’à Véronique Biesiaga qui nous a accueillis dans le cadre magnifique du Collège Saint-Michel avec beaucoup de convivialité;

Merci au Cecafoc qui croit en ce projet et qui y investit,

Et enfin, “last but not least”, un énorme MERCI aux 220 enseignants qui se sont formés ou se forment actuellement et qui réfléchissent ainsi à leurs pratiques et les font progresser, dans l’intérêt de leurs élèves.

 

Bonne rentrée scolaire!

Ça y est, vous êtes de retour dans vos classes pour une nouvelle année scolaire!

Nous vous souhaitons, à chacune et chacun, une excellente rentrée!

Comme vous le savez peut-être, François Saucin a terminé sa mission d’animateur régional Rond-Point ce 31 août 2018 et nous tenons à le remercier ici pour l’avoir menée avec brio et efficacité. Rappelons qu’il est l’initiateur du projet de formation et de suivi en Gestion Mentale dans les écoles du “grand Charleroi”, avec cette idée d’outiller les enseignants pour qu’ils puissent développer la remédiation en classe et mieux accompagner leurs élèves dans leurs apprentissages et leur réflexivité.

Ce projet s’est développé depuis septembre 2014, comme vous avez pu le lire ici en juin, ou , de façon plus générale. C’est qu’il répond à un besoin et qu’il montre des effets (chez les enseignants et chez les apprenants), motivant les directions à renouveler leur confiance dans la démarche de formation et d’accompagnement sur le terrain.

Nous vous donnons rendez-vous dès octobre pour la suite des formations (sachant que certains d’entre vous ont déjà recommencé les 28 et 29 août pour un approfondissement au dialogue pédagogique individuel). Si vous n’avez pas de nouvelles d’ici mi-septembre, contactez vos directions!

 

 

L’année scolaire se termine

C’est la période des examens, corrections, délibérations, bref, cela sent la fin de l’année scolaire à plein nez! C’est également le temps du bilan pour le projet de formation et de suivi en gestion mentale.

D’abord quelques témoignages d’enseignants

“J’ai trouvé dans la formation des outils, des activités, des références, des pistes concrètes qui permettent de mettre les élèves en activité mentale, en recherche, de les sortir d’une position passive. J’ai également pu prendre davantage conscience de mon fonctionnement pour m’en dégager et offrir des “sollicitations”, des explications de différentes natures aux élèves.  Enfin, j’ai trouvé dans cette formation une grande écoute de mon expérience et de mes questions concrètes.”

“Etant en début de carrière (10 ans), je suis heureuse d’avoir eu cette formation qui, à mon sens, devrait être obligatoire. Elle permet vraiment d’aider les élèves et de donner du sens aux phrases toutes faites telles « Etudie plus », « Concentre-toi », … Merci !”

“Comme c’est ma deuxième classe ouverte, je me rends compte à quel point c’est important d’avoir ce regard extérieur et constructif pour progresser grâce à des prises de conscience. Elles se produisent grâce au retour écrit et au débriefing.”

Ensuite quelques chiffres

banner-1183445_1280

89 enseignants ont terminé leur niveau

  • 50 en niveau 1
  • 22 en niveau 2
  • 17 en niveau 3

23 journées de formation & 4 demi-journées de suivi inter-écoles

25 suivis en équipes d’école

65 suivis individuels

20 classes ouvertes

6 capsules vidéo

Enfin, les perspectives

board-1647323_1920Le projet est reconduit avec l’ouverture de 3 niveaux 1 et bien entendu, la poursuite des niveaux en cours.

Cela fera grimper le nombre d’enseignants engagés dans le projet à plus de 200!!! De quoi pouvoir mettre en place des équipes dans les écoles qui réfléchissent avec (entre autres) le filtre de la gestion mentale pour penser leur pédagogie.

 

Des affiches ont fleuri dans vos salles des profs

En effet, en ce début 2018, nous avons innové en réalisant des affiches qui mettent en évidence le projet de formation et de suivi en gestion mentale dans la zone 10 de Charleroi. L’idée sous-jacente est de provoquer la  curiosité de vos collègues, de vous informer sur ceux qui sont aussi concernés par la formation et de susciter la collaboration entre pairs.

Ci-dessous, la moitié supérieure du document, sachant que l’inférieure liste pour chaque école les noms et prénoms des professeurs engagés dans le projet.

 

Le numérique pour entraîner l’imagination (français): témoignage d’une enseignante

Il s’agit de Marie Soulié, professeur de Lettres (en France), qui témoigne sur son blog d’usages pédagogiques du numérique pour entraîner des compétences chez ses élèves.

Ici, le témoignage concerne une classe de 4ème (équivalent d’une 2ème secondaire en Belgique) qui utilise une tablette pour créer une bande-annonce de lecture d’une nouvelle fantastique.

Voici ce que Marie Soulié en dit:

J’ai testé aujourd’hui une nouvelle façon de réaliser des bandes-annonces de lecture. J’ai utilisé la géniale application Show me qui permet d’enregistrer sa voix tout en dessinant ou en écrivant. J’ai donc demandé à mes 4º de me raconter en 1 heure leur histoire sans plus de précision. Ils ont très vite pris en main application et j’ai pu noter quelques points que je tenais à partager avec vous :

 

  • Dessiner, annoter permet à l’élève de poser sa voix , ralentir son débit et donc de se laisser du temps pour chercher ses mots.
  • Le dessin illustre l’histoire mais pas seulement il permet à l’élève d’aller à l’essentiel.
  • Certains préfèrent au dessin des mots clés.
  • Tous ont le soucis d’une chronologie.
  • À noter également que certains sont passés par un écrit, d’autres se sont lancés directement.

Bref un champ à explorer me semble-t-il…..je vous laisse juger les productions, j’ai déposé sur ce mur un échantillon assez représentatif de la classe.

 

En termes de gestion mentale, cet exercice permet aux élèves de déployer leur geste d’imagination créatrice et d’utiliser la tablette pour dynamiser leur mise en projet.

Une autre image pour illustrer la compréhension

Compréhension coloriséUne autre illustration de la compréhension, dont les composantes ont été données par une enseignante lors d’un suivi de niveau 2.

Cela met en évidence plusieurs éléments importants liés au geste de compréhension (non exhaustif):

  • Pour donner du sens, il faut en avoir le projet: sans ce moteur, la démarche de compréhension ne démarre pas.
  • Il s’agit d’un itinéraire mental qui peut parfois prendre du temps: ne dit-on pas “Dors dessus et tu comprendras mieux demain.”?
  • Le nouveau savoir vient s’accrocher à de l’ancien et c’est donc un apprenant muni de ses connaissances déjà en place et de ses représentations qui va faire des liens entre le neuf et ce qu’il connaît déjà.
  • Il y a des indices de sens à repérer de façon exhaustive et fidèle dans l’objet à comprendre, la compréhension s’appuie donc sur le geste d’attention.
  • Ces indices sont triés pour garder uniquement ceux qui semblent pertinents, ceci étant rendu possible grâce aux liens que l’apprenant réalise en évocation.
  • Ces liens donnent lieu à des hypothèses que l’apprenant valide ou pas en revenant à la perception: il y a donc des allers-retours entre l’objet de perception à comprendre et les évocations qui vont mener au sens.

Pour chacun de ces points, peut surgir l’obstacle à la compréhension:

  • Absence de projet de donner du sens (mais par exemple, projet de retenir);
  • Représentation de la compréhension comme un processus rapide: si ça prend du temps, ressenti négatif de l’apprenant qui a alors tendance à ne pas aller plus loin;
  • L’élève n’évoque pas, reste en perception, or la compréhension est un processus mental;
  • Manque de prérequis et donc impossibilité de faire des liens qui vont permettre les hypothèses de sens;
  • Certains indices ne sont pas perçus ou des indices non pertinents sont évoqués comme étant importants, ce qui peut éloigner l’apprenant du sens à trouver;
  • Difficulté à faire des hypothèses, vécues comme risquées ou blocage lié à l’étape de validation qui demande à l’apprenant de revenir en arrière si l’hypothèse s’avère fausse;
  • Pas de retour à l’objet de perception et donc difficulté de valider ou d’invalider les hypothèses de sens.

 

Une image pour illustrer la compréhension

Iris Nagele Geste de compréhension

“Selon moi, le geste de compréhension est une des bases de la Gestion Mentale.

L’évocation que je m’en fais est un tétraèdre posé sur une de ses faces, avec un soleil au sommet.

Il rayonne quand les 3 composantes suivantes, chacune sur une face, sont expliquées : le nom du concept, de la notion; les composants, les caractéristiques; les exemples, les analogies. (Source d’inspiration : La structure tridimensionnelle du savoir, de B.M. Barth)

Cette image commentée a été proposée lors d’un suivi par Iris Nagele, enseignante actuellement en cours de niveau 2. Je la remercie d’avoir accepté que je la partage ici.

La compréhension est un des gestes mentaux abordés dans la deuxième année de formation et de suivi. Une manière de montrer comment on comprend ce concept, c’est bien de l’illustrer par un dessin, une image, une modélisation, un schéma. Cette traduction est d’ailleurs considérée par J.M. de Ketele, professeur d’université, comme une des capacités cognitives de base pour faire des études supérieures.

(cf. De Ketele J-M., “Les facteurs de réussite à l’université”, Humanités chrétiennes, 1982-83, n°4, p.294-306)

Et Britt-Mari Barth, dans son livre “Le savoir en construction” (Retz, 1993, p.28-29), parle de cette structure tri-dimensionnelle du savoir qui a inspiré Iris:

“… le constat qu’un même savoir peut s’exprimer à des degrés d’abstraction différents; d’autre part, que cette hiérarchie reste implicite, comme inexistante. Cela a des effets sur la compréhension des élèves. Il n’est dit nulle part qu’on peut faire référence à un même phénomène: en le nommant seulement; ou en le décrivant par ce qui le caractérise; ou bien en s’y référant par des exemples, imagés ou réels.

Ce premier constat m’a permis de réaliser que le savoir a une structure tridimensionnelle, mettant en relation différents niveaux d’abstraction: c’est la relation réciproque entre ces dimensions du savoir qui est importante, à la fois pour le définir et pour le comprendre.”

Et vous, quelle est votre image? Comment feriez-vous référence au concept de compréhension en 3 dimensions?

1 2 3