Danser une thèse de biologie – lien vers la vidéo

Vous pourrez le lire dans l’article de La Libre (publié en ligne le 13 octobre 2016) qui accompagne la vidéo, c’est la revue scientifique “Science” qui a mis au défi des doctorants dans différents domaines scientifiques à danser leur thèse.

Une jeune médecin de 29 ans, Emmanuelle Alaluf, l’a relevé.

Danser une thèse en biologie, c’est fait!

Cela illustre bien comment nous pouvons transmettre de l’information complexe via d’autres canaux de perception que les traditionnels visuels et auditifs. Et ce serait très intéressant de pouvoir mener un dialogue pédagogique avec cette jeune scientifique pour mettre des mots sur les stratégies mentales qu’elle a mises en oeuvre pour traduire sa thèse en chorégraphie.

Un bel exemple, inspirant! Si nous invitions nos élèves à danser une règle de grammaire, à chanter une présentation orale en anglais, à mimer la résolution d’un exercice mathématique, à scénariser la mondialisation en économie, …

Qu’en pensez-vous?

Les suivis et formations vont commencer

Dès lundi prochain, les rencontres de suivi post-formation recommencent avec 16 enseignants qui ont découvert la gestion mentale l’année scolaire passée.

Nous aurons l’occasion d’échanger sur la façon dont ils se sont mis en projet de transférer la gestion mentale dans leurs classes, ce qui a changé dans leurs pratiques pédagogiques, ce qui a bien fonctionné, et les difficultés rencontrées.

Jeudi et vendredi, ce sont les niveaux 3 qui débutent et qui concernent 48 professeurs: une réelle première car ce niveau a été conçu autour du dialogue pédagogique de groupe. Cela correspond mieux au terrain des enseignants, la classe, même si certains d’entre eux sont amenés à pratiquer des accompagnements plus individualisés d’élèves en difficulté.

A suivre!

C’est la rentrée du projet Gestion Mentale à Charleroi

Le projet rentre dans sa troisième année. 91 enseignants de 17 écoles du “grand Charleroi” vont poursuivre ou commencer le transfert de la pédagogie des gestes mentaux dans leur pratique professionnelle.

Voici un article qui décrit ce projet, avec ses 3 annexes. Il a été écrit par Hélène Delvaux-Ledent pour la Feuille d’IF publiée en décembre 2015. L’asbl nous autorise à le partager ici, nous remercions vivement IF Belgique!

 

, (publication d’IF Belgique)

Lire la suite…

Mindmap sur les liens opérables pour comprendre

Le geste de compréhension mobilise notre capacité à faire des liens de toutes sortes:

  • avec ce que nous connaissons déjà (représentations, stock de connaissances, …)
  • avec le sens des mots (étymologie, définition, polysémie, …)
  • avec du concret (Paramètre 1), du symbolique (paramètre 2), de l’inédit (paramètre 4)
  • avec les causes et conséquences
  • sur un plan logique (liens d’attributions, de sériations, d’analogies)
  • grâce à un questionnement (CQQCOQP, les 5 questions de Guy Sonnois, …)

Nous pouvons entraîner nos élèves à faire ces liens, guider leur recherche de sens en leur proposant des activités précises, des démarches de questionnement, des outils comme le mindmap.

Si vous avez des idées, elles sont les bienvenues, pensez à les partager.

Un site incontournable: IF Belgique

IF (Initiatilogo IFBelgiqueve et Formation) Belgique est une asbl qui oeuvre pour diffuser la pédagogie des gestes mentaux en Belgique.

Sur le site, vous trouverez des articles à lire dans les archives mais aussi des liens vers des ressources et témoignages récoltés dans le cadre de 2 projets européens (Projet Co-Nai-Sens et projet Signes et sens). Vous aurez aussi accès à l’agenda des formations et rencontres organisées autour de la gestion mentale.

A découvrir ici

 

C’est parti pour l’échange en ligne

Voilà, comme promis, nous répondons à votre attente de bénéficier d’un endroit en ligne pour venir déposer des ressources ou en consulter, pour y poser vos questions, y partager vos expériences.

Nous veillerons à ce que le cadre dans lequel cela se passe soit bienveillant et convivial. Nous sommes toutes et tous en chemin vers l’utilisation de la gestion mentale dans nos pratiques professionnelles et cela implique des essais-erreurs, de l’imparfait, du progressif.

Nous vous invitons à être proactifs et à vous servir de cette ressource. Si vous rencontrez des difficultés à l’exploiter, pensez à nous contacter.

Virginie Matthews

François Saucin

 

1 14 15 16